De l’importance du suivi en shiatsu : l’endométriose, ou le cas de Calice

Rédigé par AnimOlistic - - Aucun commentaire
Un petit article (un peu long c’est vrai !) pour illustrer l’importance d’un suivi régulier lors de problèmatiques chroniques (physiques ou psychiques), et la nécessité d’accompagner la montée en plénitude énergétique de chaque organe en déséquilibre. Mes remerciements sincères à Gwendoline pour son observation et ses retours tout au long du suivi de sa jument.
Calice est une petite jument de 21 ans d’origine arabe, qui vit au pré avec abri et congénères. Sa propriétaire me contacte pour un problème de pertes vaginales importantes, un dérèglement hormonal (pas ou peu de chaleurs), ainsi qu’un souci de toux chronique. Elle avait été mise à la saillie à deux reprises, mais Calice a perdu son premier poulain vers le 7ème mois de gestation, puis et a coulé au début de la seconde gestation.
Pour la médecine occidentale, deux sortes de métrites peuvent survenir chez la jument : la métrite puerpérale, qui est une infection utérine survenant au cours des premiers jours qui suivent la mise-bas, en raison d’une atonie utérine et de lésions de la muqueuse utérine (endomètre) qui, ainsi, perd son rôle de barrière infectieuse. Second type de métrites : les endométrites, qui surviennent en dehors des périodes post-partum. Les inflammations utérines restent localisées à l’endomètre, avec peu ou pas de retentissement clinique hormis l’infertilité qu’elles induisent. Toute saillie ou insémination induit une réaction inflammatoire physiologique de l’endomètre. En quelques heures, après la saillie ou l’insémination, l’inflammation physiologique disparaît chez la majorité des juments dites “résistantes” aux endométrites postsaillie. En revanche, chez certaines juments, cette élimination physiologique ne se produit pas, par défaut de vidange utérine, et l’inflammation persiste et en quelque sorte s’auto-entretient. Il s’agit alors d’une endométrite persistante postsaillie. En l’absence d’intervention thérapeutique, cette inflammation persistante induit la mort de l’embryon lors de son arrivée dans la cavité utérine 6 à 7 jours après l’ovulation, puis, dans un second temps, favorise le développement des bactéries éventuellement pathogènes entrées dans l’utérus au moment de l’œstrus. Cette endométrite persistante postsaillie peut alors se compliquer d’une endométrite infectieuse. De très nombreuses études montrent que certaines juments sont “prédis­posées” à développer ce type d’endométrite persistante postsaillie ou postinsémination. Cette prédisposition peut résulter d’une orientation pendulaire de l’utérus qui plonge vers le bas de la cavité abdominale. Cependant, le plus souvent, elle correspond à un défaut de vidange naturelle de l’utérus par défaillance, semble-t-il, de contractions utérines et, parfois, à un mauvais drainage lymphatique. Ce type d’endométrite n’est pas initié par une colonisation microbienne pathologique. (source : Le Point Vétérinaire)
Pour la médecine chinoise, l’endométrite ou endométriose met en cause plusieurs organes, et principalement le Rein, qui gouverne l’utérus, la force de reproduction, représente l’énergie sexuelle, et est en relation avec le système immunitaire. Mais aussi le Poumon, la « Mère » du Rein, c'est-à-dire qui lui fournit le sang et l’énergie nécessaires, ainsi que le Foie, qui gouverne les hormones et libère dans le sang les nutriments en fonction des besoins. Nous pouvons d’ailleurs remarquer ici que Calice a commencé à tousser bien avant que ne surviennent ses problèmes de reproduction, le déséquilibre énergétique du Poumon ayant pu engendrer celui du Rein.
Je vois Calice pour un premier shiatsu fin mai. Ses pertes vaginales étant très importantes, sa propriétaire a fait appel au vétérinaire, qui a prescrit des injections d’antibiotique. Les antibiotiques ou anti-inflammatoires étant peu compatibles avec un travail en shiatsu, je lui fais quelques points d’acupuncture et nous convenons d’un rendez-vous après la fin du traitement antibiotique, afin de lui laisser le temps de s’équilibrer.
Je revois Calice le 12 juillet. Mon travail se porte sur un rééquilibrage global, mais aussi sur l’utérus, la circulation du sang et de l’énergie dans le Foie, la tonification du Rein et celle du Poumon, et comme nous sommes dans sa période de montée de plénitude énergétique, je le travaille également en préventif, en terminant par un couplage sur les Vaisseaux Merveilleux. Pendant ce travail, Calice évacue pas mal de sécrétions vaginales.
Sa propriétaire me recontacte fin septembre car Calice a de nouveau des pertes, mais aussi comme convenu pour travailler en préventif sur la montée énergétique du Rein. Calice allait mieux, avait repris de l’énergie et avait retrouvé la motivation de partir en balade. Elle n’a pas toussé de tout l’été (ça c’est une très bonne nouvelle !) mais depuis peu elle est fatiguée et ses pertes sont assez importantes. Elle ne semble toujours pas avoir eu de chaleurs. Le 2ème shiatsu a lieu début octobre. Nouveau rééquilibrage global , travail sur la Rate et les points de zone liés à l’utérus, tonification du Rein et points d’acupuncture en préventif, ajout de points spécifiques dans mon travail au moxa. Un ou 2 jours après le shiatsu, Calice a de grosses pertes, qui ont changé d’aspect : elles sont devenues plus foncées, comme mêlées de sang, ce qui semble être une amélioration car jusqu’à présent elles étaient blanches laiteuses et glaireuses (j’espère que vous n’êtes pas à table en me lisant). Elle a été fatiguée et a perdu un peu de poids, sans être amaigrie, comme si elle avait « dégonflé » me dit Gwendoline (la distension abdominale est liée au déséquilibre de la Rate).
Le 3ème shiatsu a lieu début décembre, dans l’optique de renforcer encore la montée énergétique du Rein. Calice a eu très peu de pertes, elle est plus énergique et moins réfractaire en balade. Elle n’a pas toussé non plus. Elle a été vue par l’ostéo, qui a travaillé sur un problème de cervicales et de bassin. Depuis le début de l’automne, elle a perdu un peu de poids. Je lui trouve peu de déséquilibres, je travaille en préventif sur le Rein et les points liés à l’utérus. Application d’un mélange d’huiles essentielles Qbi sur les points en relation avec l’utérus et le système immunitaire, pour une action sur le système immunitaire inné et acquis prenant en compte les organes et systèmes clés : foie, poumon, rein, système lymphatique, cardio-vasculaire et neuro-endocrinien.
Début mars, les nouvelles de Calice sont bonnes : elle a repris du poids et n’a plus de pertes vaginales. Elle n’est pas encore revenue en chaleurs.
Un travail en shiatsu, aromapuncture et chakrapuncture peut être effectué pour poursuivre le traitement énergétique de cette problématique …à suivre !
Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot ffovzy ?